Le Moulin 16 septembre 1914

Bien chèr Epoux

Je menpresse de venir

faire reponçe a tes carte d'aujourdhui et a

ton aimable l'etre d'hier. hier au soir etant

arrive du champ bien tard je tai fait tout

simplement une carte maintenant chèr Pierre

je te rensegnerai un petit peu sur ce que

tu me parle sur tes cartes la demande chèr

Pierre je lai faite je ne sai pas si je lai

faite come il faut mais toute celle que

nous avons demandé nous avons fait pareil

il nous a fallu le motif exat de l'etat

auquel nous nous trouvions et un certificat du

percepteur portant la some des taille contribution que nous

payons tout sa est parti a la comune il y a

bien quelque jour nous l'avons fait dessuitte

que nou lavons vu affichér presque toutes

a la foi maintenant chèr Epoux je ne puis

pas te dire si les autres tu ont tiré quelque

chose toujours pour moi je nais rien eu

surement qu'il y en a qui tire mais celle

la jusque ici sétait de la comune mai

notre demande viend nous autres sa viendra

probablement du gouvernenant mais mon

pauvre tu ses coment nous somes administré

mon idée ma toujours dit que nous y

aurions rien sil y avait quelque chose je

devez etre des premières car il ne peut pas y

en avoir qui pai moins de contribution

que nous et me trouvent enseinte il me

faudrai les 25 sous et puis si sa ne se

termine pas lacouchement payé enfin bon

chèr Epoux ce n'est pas tout a fait ce qui me

tracasse le plus nous avons vecu jusque ici nous

vivrons il sagit que le bon Dieu nous fasse

la graçe de pouvoir travaillé de nouveau tous ensemble

nous gagnerions bien notre vie mais enfin s'il

y en a pour qu'elques unses nous ne somes

pas des moins malheureux nous devrions y avoir

aussi notre part qu'ar nous avons bien notre

part de peines apresan chèr Pierre tu me

dira si celle de tes camarades ont fait la

demande pareil en parlant de ça chèr Epoux

je pense a te dire que malgré la guerre

nos parents ont touché sa retraite au mois

d'aout. Come nouvelle du pays mon pauvre s'est

toujours apepré pareil toujours dans la même

tristesse ces jours çi a ce quil parait sa [...]

unpeu mieu que la semaine derniere mais

qui sait si sa continuera sur ta l'etre tu

nous dira si vous savez coment ça a passe

a la guerre si vous voyez les journeaux ou non dis nous aussi coment tu souffre chèr Pierre

ce que l'on fait a ton Epaule si on te fait beaucoup souffrir si tu te promène beaucoup

ou si tu reste presque tout le temp au lit

si vous etez bien soigné si lon te soigne

souvent au moins chéri si tu a quelque chose

de coupé quant tu le saura dis nous le

dessuitte dis nous aussi si vous avez assez de

nourriture enfin bien chèr Pierre tu men dis

beaucoup au oui beaucoup peut etre plus que

se que tu peu mais toujours je voudrais

en savoir davantage ca ne me fait pas davantage

car quoique je sache je ne puis rien te faire

enfin chèr Pierre c'est une chose que nous étions

persuadé avant ton depart que de ninporte

quelle chose que nous ayons besoin nous ne

pouvions pas nous secourir s'est pour ainsi chéri

que nous n'avons que a demandér a Dieu chéri

qu'il te done ta guérison au plus tot et

qu'il apaise le fleau dont il noua a jete dessus

et qu'il nous fasse la grace de nous revoir

tous ensemble dans notre pauvre foyer en

fesant la l'etre derriere les vaches je viens

de perdre la plume je ne peu pas faire

plus l'ong dans le moment je trouve

la callèbe qui me dit que ceux de

la miellouane on eu des nouvelles

de François sois disant qu il

est arrivé une l'ètre a la

salvetat une l'etre allemande

portant le nom de ceux

qui etait prisonnier de

ce nombre se trouverait

François de la mielouane

Joseph de granssagne

Bamot de cadezau

le cousin du

candaltour le fils

du garde pe

péirélade apresant

chèr Pierre je ne puis

pas te le dire [...]

car je ne sais pas si

s'est la verite Papa

maman et Elise se

joignent a moi pour tembrasser

Ton Epouse pour la vie

M Fabre

[envers-haut-centre]
Un gros baiser chèr Pierre

[envers-bas-droite]
Belhlise a ecri de nouveau cette cemaine

je crois aussi que quelqu'un a donné

des nouvelles du tot on dit qu'il est

brancardier

I >/div>
Condition d'utilisation

Ce fichier numérique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage à l'Identique 3.0 France (http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/fr)

Edition

Pré-publication, version 1.0, février 2014

Distributeur

Praxiling, UMR 5267

Adresse du distributeur

Université Paul-Valéry Montpellier III 34199 Montpellier Cedex 5

Source

Correspondance de Marie Fabre, numérisée par les Archives Départementales de l'Hérault.

Scripteur

Marie Fabre

Destinataire

époux

Date

16-09-1914

Lieu

Le Soulié